- Publicité -


 

Deux œuvres du sculpteur David d’Angers découvertes dans la grange d’un particulier (49)

Deux œuvres du sculpteur David d’Angers (1788 – 1856), figure du romantisme français, seront mises aux enchères à Drouot le 22 mars. Ces bas-reliefs, authentifiés par la maison Daguerre Val de Loire, étaient jusqu’à présent perdus de vue depuis près de deux siècles.

Les Bienfaits de l’imprimerie en Amérique © Daguerre/Drouot

Découverts par hasard dans une grange de la région du Maine et Loire, ces deux bas-reliefs, préparatoires et uniques, ont été authentifiés par le commissaire-priseur Malo de Lussac, de la maison Daguerre. Ces œuvres, provenant de la collection de Victor Pavie, un ami proche de David d’Angers, seront mises en vente avec des estimations allant de 20 000 à 30 000 euros chacune.

Le premier bas-relief, intitulé “Les bienfaits de l’imprimerie en Amérique” et réalisé vers 1840 en plâtre, servit d’esquisse pour le monument de Gutenberg à Strasbourg. Le second, en terre cuite et sculpté en 1845, représente “Cheverus portant des consolations aux sauvages” et fut un premier jet pour la statue du cardinal de Cheverus, érigée en Mayenne.

Cheverus portant des consolations aux sauvages © Daguerre/Drouot

Les vendeurs ont fait le choix de mettre ces deux trouvailles aux enchères en espérant en tirer le meilleur prix. Elles seront donc exposées à Drouot les 20, 21 et 22 mars avant de passer sous le marteau du commissaire-priseur de la salle de vente parisienne le vendredi 22 mars à partir de 14 heures.

 



 

- Publicité -
Article précédentÀ Saint-Brieuc, ouverture d’une galerie éphémère tenue par 11 artistes jusqu’en juin (22)
Article suivantUn adolescent de 16 ans interpellé pour la dégradation de l’œuvre de Salomé Fauc à Vannes (56)