BASCOUL Hélène

Discipline(s)
Graveur
Informations de contact
Mlle Hélène BASCOUL
Téléphone

Localisation

Statut
Artiste-auteur
N° MDA ou Agesssa
MDA: 40368
Mon Histoire

Je suis passionnée par les pratiques de l’eau forte et de l’aquatinte (résine et sulfate de cuivre) que je pratique presque quotidiennement dans mon atelier depuis deux ans.
En effet l’acquisition d’une plus grande presse au début du premier confinement en 2020 m’a permis d’y passer des journées entières à expérimenter et pratiquer.

Je pratique différentes techniques de gravure depuis 2010, lorsque je me suis inscrite aux ateliers des Cours publics de l’EESAB de Brest.
J’y ai appris l’eau forte, la pointe sèche, la gravure sur bois, sur lino, l’aquatinte à l’acide puis au sulfate de cuivre et l’aquatinte au sucre, la gravure au vernis mou et un peu la manière noire. J’ai exploré chacune de ces techniques tour à tour.

Entre 2010 et 2020, j’ai beaucoup pratiqué le monotype. Je me suis plongée dans la recherche d’une présence humaine dans le dessin, l’empreinte et l’impression de têtes ou figures.

De 1990 à 1993 j’ai suivi des études artistiques à la faculté St-Charles (université Paris-Sorbonne). Je me suis sentie aussi très autodidacte dans ma pratique. J’y ai développé mon goût pour l’expérimentation, la recherche, la découverte et la mixité des techniques de peinture, dessin, gestuelle et d’impressions. J’ai effectivement détournés des produits, matériaux et objets pour créer.
J’ai un goût prononcé pour les réactions et interactions entre les éléments. J’ai toujours l’impression d’être comme une chimiste avec mes plaques de zinc.
J’invente aujourd’hui les sujets gravés et mordus de mes plaques en m’inspirant de mon vécu et de mon environnement.

Les techniques de gravure ou pratiques de l’estampe me permettent de m’exprimer personnellement et de partager savoir-faire et goût de l’expérimentation avec d’autres personnes.
Parallèlement à mon activité artistique j’anime régulièrement des ateliers de Gravure et Arts-plastiques/Art-thérapie à l’association La Pince (Education populaire/Economie Sociale et Solidaire).
J’interviens depuis plusieurs années dans diverses structures comme la maison d’arrêt de Brest (depuis 12 ans) et la résidence MADEN (résidence accueillant des personnes souffrant de troubles psychiques) depuis 2 ans et demi.

J’utilise ainsi des techniques de gravure (lino, eau forte sur zinc, Rhénalon) avec les personnes détenues car elles permettent un cheminement personnel et collectif très intéressant. Je vais à la prison avec mon matériel de gravure dont une petite presse qui me permet d’imprimer sur place des mini eaux fortes sur zinc de 5*5 cm. J’ai même pratiqué l’aquatinte avec un des détenu.

Ma démarche artistique:
Mes gravures parlent d’expériences personnelles et de la vie quotidienne.
J’y montre des lieux habités, des visages, portraits, la fragilité du présent.
Parler du quotidien signifie également que je vis proche des rêves ou de l’espace de l’inconscient, avec ce que cela a à voir avec l’intimité, le ressenti, les émotions.
La vie inconsciente, les temps mêlés et emmêlés, font figure de poésie. Les jeux de mots aussi ou les jeux d’enfant, du passé et du présent.
Ainsi j’aime trouver de la poésie dans le quotidien.
C’est une expérience que je pratique régulièrement avec l’aquatinte : je tente de transformer la réalité, car une fois partie dans ce voyage, pinceau de vernis à la main, je me sens pénétrer dans une autre dimension, une nouvelle logique de représentation. Le sujet ou motif, même réfléchi et choisi, devient alors souvent secondaire.
Je recherche depuis longtemps la figure, la tête, qui permet de rendre visible et palpable une présence, qui est également liée à l’absence.
Le jeu de la lumière est ainsi de révéler, rendre visible, mettre en valeur, créer un espace et bien souvent une profondeur.
La lumière peut être légère, discrète, une caresse sur un objet ou une personne, un rayonnement, mais peut créer de l’obscurité, se frotter à elle grâce à l’ombre qu’elle fait naître. Ainsi des contrastes sont créés et l’image est plus forte. Le jeu du noir et du blanc commence …
L’absence est révélée par l’ombre, qui est également l’image d’une présence.

Expositions, Galeries, Musées ...
Expositions(s) personnelle(s)
Exposition collective, galerie WYRD, "Tu le veux mon cadeau?", jusqu'au 24 décembre

Exposition collective, La Vagabunda, "Flou artistique", jusqu'au 7 janvier, Brest

Exposition personnelle, La cabane à couettes, du 4 janvier à mi-février, Brest


Galerie(s)
Galerie WYRD, Strasbourg

La Vagabunda, Brest

L'Atelier papier, Brest


Galerie virtuelle