- Publicité -


 

L’artiste Elisa Florimond, lauréate de la Résidence de Création du collectif Bonus (Nantes, 44)

Le collectif Bonus a annoncé mardi 25 mars la lauréate de son appel à projet pour sa résidence de création 2024. Le programme proposé s’adresse à des artistes professionnels issus de tous les domaines des arts visuels. Mais il ne concerne pas les artistes habitant ou travaillant sur l’agglomération nantaise car il est destiné à favoriser la mobilité.

C’est l’artiste Elisa Florimond qui s’apprête à investir les locaux pour le mois de mai.

Elisa Florimond, artiste originaire de Cayenne en Guyane et résidant à Aubervilliers, se distingue par sa pratique artistique qui mélange formes sculptées, objets trouvés et images. Après un BTS en céramique industrielle et des études à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris, elle obtient ses diplômes en 2020 et 2021.

Son travail artistique cherche à créer des liens entre les mondes naturels et artificiels ainsi que les idées, à travers des installations où les éléments disparates fusionnent dans une cohérence fluide.

Le projet qu’elle compte développer durant cette résidence aura pour visée “d’orchestrer une dé-hiérarchisation des formes, des savoirs et des objets notamment à travers une remise en question des systèmes de classification muséaux. Dans ces installations (ramper, coup de grisou, mains-bêtes, ronds-dômes-œufs), j’essaierai de repenser des relations inter-espèces en créant des passerelles entre différents territoires et éléments végétaux, animaux, humains ou naturels qui se côtoient dans les différents écosystèmes que je composerai. Cette idée développée notamment à partir du concept scientifique de symbiose, transcrit une relation durable entre deux espèces qui implique un mutualisme (soit une forme d’entraide) et un parasitisme. C’est sur cette idée de contamination positive entre espèces ou éléments que repose mon concept d’étendues que je souhaite développer à Bonus. Ce principe prolonge les propos de la philosophe Donna Haraway, laquelle “propose de voir les êtres comme des multiplicités, des processus, et non comme des unités potentiellement fiées dans le temps et l’espace” et invite à “devenir réceptif aux modes d’être des autres créatures”1.
1. Lotte Arndt, Collecte coloniale et affect. Ramper, dédoubler, B42, Paris, 2016, p. 75.”

Une rencontre publique est prévue le mardi 7 mai à 18h30 à Bonus, situé au 9 rue Félix Thomas à Nantes. C’est l’occasion pour le public de découvrir davantage le parcours et les aspirations d’Elisa Florimond, ainsi que de partager un moment d’échange et de dialogue autour de l’art et de la création.

L’exposition de restitution de sa résidence, où le fruit de ses recherches sera présenté, est programmée du 5 au 27 juillet au Grand Huit, situé au 36 Mail des Chantiers à Nantes.

 



 

- Publicité -
Article précédentLe brestois Jean-Marie Appriou exposera au Palais de Tokyo en octobre 2024 (29)
Article suivantGwendal Lahrer réalise une fresque XXL au lycée de Pleyben (Finistère)