- Publicité -


 

Le street-artiste Clet Abraham poursuivi par le tribunal de Quimper pour dégradations

 

Le tribunal de Quimper poursuit le street-artiste Clet Abraham pour des dégradations commises à Douarnenez. Des dégâts commis durant l’été 2021 sont au cœur du procès.

C’est le directeur des services techniques de Douarnenez qui, à la fin de l’été, a tiré la sonnette d’alarme. 24 panneaux de signalisation avaient été recouverts par des stickers.
L’auteur de ces derniers est Clet Abraham, un street-artiste breton, actif depuis la fin des années 90 en Italie.
Ces œuvres urbaines sont connues et visibles de Paris à New-York, en passant par Naples et Rennes. Il s’agit souvent de petits collages simples, linéaires, permettant d’animer les panneaux et d’en dégager une image humoristique.

 

 

Mais le débat entre œuvre artistique et détérioration de propriétés de l’état fait rage.

Le street-artiste met l’accent sur la facilité à enlever ses stickers, qui ne laisseraient selon lui pas de trace. A contrario, la défense souligne le temps perdu par les agents d’entretien. De plus, les panneaux ét

L’avocat de la partie civile a mis l’accent sur le danger que ces stickers peuvent engendrer, en détournant l’attention des conducteurs. Ce dernier demande 2 184€ de dédommagements pour la rénovation des panneaux. De plus, le ministère public requiert une amende de 1 500€ pour l’artiste.

Le verdict sera annoncé le 4 janvier prochain.

 



 

- Publicité -
Article précédentLa Galerie T ouvre ses portes à Vannes
Article suivantL’imagerie (Lannion) va s’installer à l’hôtel de Tonquédec